Cecilia Sordi Campos  -  Samba de Lamento

Exposition du 5 juillet au 26 septembre 2021

Vivre et aimer, c’est viscéral.


Ce projet a été réalisé comme un moyen de comprendre les parallèles entre ma migration du Brésil vers l’Australie et ma séparation avec mon partenaire depuis dix ans. Il se concentre sur l’exploration des couches qui constituent mon identité hybride à travers la dévoration du soi et mes influences culturelles. S’inspirant du Réalisme Magique et du Manifeste Anthropophagique, Tem Bigato Nessa Goiaba a été réalisé sans censure et à travers lui je partage les troubles, les choix et les métamorphoses qui m’ont permis de vivre simplement pendant cette période de transition émotionnelle. Il se veut une provocation et un stimulus qui déconstruisent les notions et les modes de pensée habituels. Il indique également des chemins divergents qui ne se mélangent pas et ne s’unifient pas ; ils affirment les différences et la diversité, la fluidité et la flexibilité.


Réalisation et montage : Cecilia Sordi Campos
Cinématographie : Guillym Davenport
Chanson : O Canto das Três Raças
Artiste : Clara Nunes
Album : Raízes do Samba


Fait partie du projet, Tem Bigato Nessa Goiaba (2019)

Sordi Campos_Cecilia_Samba De Lamento_00_00_45_22.Still (1).jpg

© Cecilia Sordi Campos, Samba de Lamento

Cette œuvre a été sélectionnée comme image mobile gagnante pour OpenWalls Arles 2021, une collaboration entre le British Journal of Photography, 1854 Media et la Galerie Huit Arles.

​À propos de l'artiste

Sordi Campos_Cecilia_Headshot-1 (1).jpg

J'ai grandi à la campagne, au Brésil, et j'ai tenu un appareil photo pour la première fois à l'âge de neuf ans, après avoir gagné un concours à l'école primaire. Je prenais des photos de tout et de tous. Malheureusement, la plupart des pellicules que j'ai utilisées n'ont jamais été développées. Je pense encore à ces photos jamais vues.

Je suis maintenant un artiste photographe basé à Melbourne et je vis en Australie depuis 13 ans. La plupart de mes travaux sont autobiographiques et explorent les particularités de mon expérience de migrant, la liminalité et l'identité. Je m'intéresse également aux notions d'intimité, au spectre des relations personnelles et aux nuances de l'être humain.