Lee Mok Yee  -  Une Esquisse Céleste

Vernissage jeudi 6 octobre de 18h à 20h

Exposition du 6 au 30 octobre 2022

Jeudi - dimanche, 15h à 18h, et sur RDV

 

Une esquisse, à la différence d'une peinture, enveloppe un sens du processus ; un état d'entre-deux. Elle se situe quelque part entre le définitif et l'incertain, entre le fini et le brut ; tel un voyage qui se poursuit. En cela, l’esquisse est une parfaite représentation de l’approche générale de la pratique artistique de Mok Yee. Ses précédentes œuvres proposaient des interférences entre matières et objets dans lesquelles l’artiste parvenait à les dissocier de leur fonction première, tout en les combinant de manière ingénieuse au travers de certaines gestuelles ou éléments, créant ainsi de nouveau stimuli dans les yeux du public. Pour autant, ces nouveaux arrangements de ready-mades - depuis les cuillères de Forgotten History (2012) jusqu’aux tapis en PVC de PVC carpet series (2022) - ne cherchent pas à exister en tant que matières totalement renouvelées. Les matériaux restent reconnaissables, et ne sont qu'à mi-chemin dans leur processus de devenir. L’on retrouve une fois encore cet intervalle d’un entre-deux présent dans les œuvres de Mok Yee, où les souvenirs collectifs incorporés dans les objets rencontrent les curiosités personnelles de l'artiste sur certains thèmes. 

C’est pourquoi Une esquisse céleste (2022), œuvre présentée dans le cadre de la résidence actuelle de l'artiste à la Galerie Huit Arles en France, est une série particulièrement significative pour l'artiste. Dans cette œuvre, l’artiste se détache momentanément de sa méthode habituelle de "fabrication" pour se tourner vers l’approche plus directe de l’esquisse. La présentation mélange deux explorations distinctes d'esquisses ayant chacune une signification très personnelle pour l’artiste. 

La première, une série de fusains sur papier réalisée durant sa résidence à Rimbun Dahan, en Malaisie, est le fruit d'un travail de remémoration et de libération du soi par le biais de gestuelles corporelles. À travers les moments d’errance dans les jardins luxuriants de ce lieu de résidence, il a été séduit par certaines formes de cet environnement tels que la rondeur des fruits, les courbes des branchages et autres formes. S’éloignant de la pratique du "dessin direct", l’artiste a délaissé tous ses outils pour s'immerger pleinement dans cet environnement naturel. La seule chose à laquelle il se rattachait était ses propres souvenirs, qu'il a ensuite ramenés dans son atelier avant de commencer à dessiner. Dans cette approche, les ressemblances deviennent insignifiantes, cédant ainsi la place à l'imaginaire. L'artiste a choisi de laisser de côté les idées préconçues sur les façons dont le corps est censé se comporter lors de la création, pour privilégier une liberté totale de mouvement. L’artiste reconnaît que cette expérience a évoqué en lui le sentiment de réaliser une performance artistique, réveillant en lui ce lien longtemps recherché entre ses deux pratiques artistiques : celle de l’artiste visuel et celle du batteur professionnel. 

Ces compositions abstraites offrent un jeu intéressant avec la deuxième série de croquis gravés sur assiettes en inox et aluminium. Contrairement aux esquisses réalisées au fusain sur papier, l'autonomie de Mok Yee se retrouve ici confrontée aux limitations gestuelles imposées par ce format. L'artiste décrit ce processus comme un travail précis, minutieux et rempli de petits défis.

Il s'agit néanmoins d’une lutte personnelle avec le support qui devient ainsi un média transitionnel reliant l’artiste à l’objet ; une relation difficile et pourtant si intime, dans laquelle l’artiste ne peut compter que sur lui-même. La surface de ces assiettes véhicule plusieurs réalités que l'artiste ne veut pas oublier, entre instants du passé et émotions, laissant des traces permanentes sur leur passage. Tel le cheminement des souvenirs qui circulent dans nos têtes, ces assiettes ont elles aussi été transférées d'une "maison" à une autre (l'artiste les a transportées depuis sa ville natale, Kuala Lumpur, jusqu’à Arles) et continueront probablement de voyager. 

À ce point de rencontre - entre un banal objet et l'imaginaire d'un artiste - les œuvres de Mok Yee atteignent un état “céleste”, qu'il amplifie au travers d'autres éléments venant compléter l'exposition. Cette exposition romantique transporte les visiteurs dans des espaces naturels. Tout d'abord à travers une vidéo narrant les mouvements répétitifs de l’eau d'un rivage, puis au travers d’une photo d'un arbre, imprimée en verticale. Si les souvenirs devaient évoluer vers des formes esthétiques, cette installation en serait une parfaite illustration. 

                                                                                              Amanda Ariawan, 2022

Pour plus d'informations sur l'artiste et Rimbun Dahan, veuillez consulter :
www.leemokyee.com
http://rimbundahan.org/

IMG_20220814_125709 copy.jpg

© Lee Mok Yee, Rimbun Dahan series No 8, 2022

© Maria Lax, Réveillez -vous

Profile Picture_Lee Mok Yee (BW).jpg

​À propos de l'artiste

Lee Mok Yee (né en 1988 à Klang) a obtenu ses diplômes en beaux-arts à la Dasein Academy of Art, en Malaisie, et ensuite à la Middlesex University de Londres. L'art de Mok Yee s'intéresse principalement à l'enchevêtrement entre le conceptuel et le matériel. Il est axé sur le processus et s'interroge souvent sur l'aspect matériel de la création artistique, choisissant de travailler avec des objets prêts à l'emploi ou achetés en magasin. Mok Yee réarrange ces matériaux comme un acte d'interrogation contre l'uniformité, repoussant les limites de la fonction des objets produits en série. Dans le réarrangement des matériaux, sa pratique remet en question l'idée de se déplacer au sein de structures, comme une exploration du changement et de sa futilité.

Actuellement, Mok Yee poursuit des projets de collaboration et des résidences artistiques. Plus récemment, il a bénéficié d'une bourse dans le cadre du programme Connections through Culture du British Council en 2021, au cours duquel il a participé à une résidence en ligne avec l'artiste britannique Laura Porter. La même année, il a initié un collectif temporaire appelé Labour & Weight aux côtés des artistes et travailleurs culturels Okui Lala, Yeo Lyle et Koe Cheng Gaik, qui a voyagé et exposé dans divers espaces en Malaisie. Le projet a été financé par la commission d'art public CENDANA Art in the City. Toujours en 2021, son œuvre a été sélectionnée pour le Gold Award du concours annuel de la peinture de l'année organisé par UOB. Mok Yee a exposé dans diverses galeries locales et en Allemagne, à Londres, en Corée et à Singapour. Parmi ses expositions personnelles les plus récentes, citons A Rhetorical Garden (2021) chez Richard Koh Fine Art, Kuala Lumpur ; Superstition II (2019) au George Town Festival, Penang ; et Superstition (2013) au Studio at Straits, Penang.