Maryna Semenkova - Les 4 derniers jours de fevrier : Le journal

Exposition du 4 juillet au 3 août 2022

Artiste pluridisciplinaire et chercheuse socialement engagée, Maryna Semenkova, 39 ans, a du fuir sa ville d’Odesa le 28 février 2022 suite a l’invasion russe. Malgré l’urgence la plus absolue, elle a documente sa fuite jour par jour avec la précision d’une chirurgienne, partageant ainsi avec nous son trajet qui a mené jusqu’à L’AiR Arts Atelier 11, résidence d’artiste et atelier historique dans la Cite Falguière a Montparnasse. Elle continuera sa résidence cet été a la Galerie Huit Arles , ou son travail sera présente pendant la haute-saison de la photographie.

Photo-Doc-Galerie Huit Arles-SEMENKOVA MARINA-LAST 4 DAYS OF FEBUARY DIARY-2022.1.jpg

© Maryna Semenkova, Les 4 derniers jours de février : Le journal

DSC_0048__edited.png

​À propos de l'artiste

Maryna Semenkova (née en 1983) est une artiste multimédia socialement engagée et chercheuse d'Odesa, en Ukraine. Les principales orientations de sa pratique artistique sont

l'auto-identification dans l'environnement urbain, l'éco-féminisme, la mémoire collective, et l'inconscient collectif. 

 

Médias utilisés : photographie et performance. La technique du collage est un trait distinctif de son travail.

 

Maryna, tel un chirurgien, découpe la réalité en fragments, y compris sans s'exclure elle-même. Elle semble proposer au spectateur de désassembler la réalité en parties distinctes et de la réassembler à sa guise.

 

 Juriste de formation, elle pratique la méditation et la psychothérapie depuis 2008. La base de son travail est sa propre réflexion et sa psychothérapie. Maryna est convaincue que l'écologie commence dans l'esprit des gens : une attitude consciente envers soi-même conduit à des valeurs écologiques et, par conséquent, à l'écologie de l'environnement.

 

Ayant beaucoup voyagé, et vécu en Inde pendant trois ans, Maryna a appris le confort de sa propre vie de femme, et a observé comment les femmes vivent dans d'autres pays. Elle a exploré le degré de liberté des femmes dans les sphères sociales et familiales et pense que dans l'espace post-soviétique, les gens ne sont pas suffisamment conscients de ce qu'est le féminisme, ils sont hostiles et se méfient de ce mot "occidental". Elle considère que c'est sa mission de couvrir ce sujet et d'attirer l'attention sur lui.

 

 Le 28 février 2022, elle quitte l'Ukraine en raison de l'invasion de la Fédération de Russie. Pour l'instant, elle reste en France et s'engage dans une réflexion et une remise en question de l'expérience qui s'est produite en rapport avec la guerre et qui l'oblige à s'exiler.